En virée au RRL Tour

On connaissait Ralph Lauren comme l’un des plus grands collectionneurs d’automobiles au monde. En revanche, voir son nom associé à une sortie de bikers, on s’y attend moins. Il faudra pourtant s’y faire : ce dimanche 25 mai s’est élancé le tout premier Ralph Lauren Riders Tour… au monde! Et si Lui a pu prendre part à cette chevauchée fantastique au milieu de dizaines, de centaines d’autres motards, c’est que l’événement se tenait à Paris. Et pour cause, l’idée qui a germé en interne n’est pas venue des USA, mais bel et bien de notre côté de l’Atlantique. Bénédiction du fondateur garantie !

Soleil au rendez-vous, ambiance bon enfant, des motos qui régalent les yeux.

Le concept est simple: assurer la promotion de la ligne Ralph Lauren RRL (prononcez « double RL ») en réunissant une flopée de motos customs pour une virée dans la capitale et sa campagne environnante. Fondée en 1993 par Ricky Lauren, femme de (d’où le nom RRL), mais restée relativement méconnue, cette branche inspirée de l’ouest américain insuffle un côté vintage et rebelle à la marque jusqu’ici plus associée aux polos qu’aux blousons en cuir et gros pulls cotelés qui caractérisent la double RL. Pour bichonner les véhicules participants, la marque s’est acoquinée avec deux des bikers les plus en vue de la capitale, Fred Jourden et Hugo Jezegabel, fondateurs de Blitz Motorcycle.
 

© Lumini

© Lumini

En seulement quelques années, ces deux barbus se sont forgés une solide réputation de préparateurs de motos, le carnet de commande étant déjà plein pour les 12 prochains mois. Des BMW, des Harley, des Kawasaki… Pourtant à les voir, on ne se les imagine pas plus en bleu de travail qu’avec les mains dans le cambouis ! Leur crédo ? Une certaine idée de la moto, un standing qui passe par un code esthétique et impose discipline et respect. Leur style « Gentleman Rider » parle de lui-même, avec un faible pour le « tailoring » des années 1930-40, « ce que portaient nos arrière-grands-pères » précise Fred Jourden. Vintage, héritage, code, discipline et plaisir, autant de notions qui permettent aux deux milieux, mode et motos, de se marier ici parfaitement. Et pour RRL de trouver en ces deux beaux gosses des ambassadeurs de choix pour ce premier événement.

Ça se confirme : les « anciennes » sont bien mieux à arpenter le bitume qu’à prendre la poussière dans un musée !

200 motos, pas plus, ou presque. Plus de 400 demandes d’inscriptions pour l’événement. Pour avoir le droit d’inscrire sa moto et de participer, les critères étaient stricts, mais pas trop: pas d’injection directe, que des motos à carbu, pas de motos plus récentes que 2002, et surtout du custom… En ce qui concerne le dress code, rien n’était précisé. Mais les deux noms de Ralph Lauren et de Blitz Motorcycle ont parlé d’eux-même: tous les participants ont privilégié le chic et décontracté, deux mots qui qualifient l’esthétique du cortège mais également l’état d’esprit de ces 220 riders fiers de chevaucher des deux roues de toutes époques et de partager avec d’autres la même passion.

© Lumini

© Lumini

1 2

Dans la même catégorie