La plus Lui des Belles Américaines

En collaboration avec Ford.

Coupé, Cabriolet ou Fastback : dans la famille Mustang, Lui n’arrive toujours pas à choisir son modèle préféré. Quel sera le vôtre ?

À quoi reconnaît-on un Lui driver ? À sa prédisposition pour les coupés sportifs, les belles Américaines, et les transmissions mécaniques —c’est son côté français. Mais aussi à son goût constant pour le rouge racing et la performance stylée, 2 des signes les plus particuliers de la Ford Mustang version 2015, le bijou masculin qui fait craquer cette année les aficionados de belles cylindrées. Comme Lui d’ailleurs, la Mustang est née dans les années 60 avant de se voir relancée en ce tout début de XXI° siècle. Pas étonnant, dès lors, que le magazine des hommes qui pensent à elles et la plus sexy des V8 soient décidément faits pour s’entendre.

De fait, avec la Mustang 2015, Ford a plus que réussi son pari et renouvelle le bolide mythique en lui faisant passer le cap du nouveau siècle sans encombres. La Mustang s’impose dans le cœur des gentlemen et gentlewomen amateurs de bitume, pourvu qu’il défile sous les jantes 19 pouces et les carlingues en nez de requin.

Mustang 2015 TripleYellow

© Ford

Ce n’est pas (seulement) nous qui le disons : la voiture à 421 chevaux s’impose en tête des ventes dès sa première année d’exploitation. Au total, ce sont plus de 140 000 pur-sangs ont trouvé acquéreur dans le monde en 2015, dont 16 000 en Europe, que ce soit en version Ecoboost ou V8 5 litres (source Étude Automotive HIS). C’est clair : le coupé sportif le plus vendu de l’année a réjoui les amateurs de propulsions suréquipées (mention spéciale, en la matière, au module SYNC 2, la commande vocale des systèmes de navigation, de climatisation, de téléphonie et d’infodivertissement, qui sait flatter la nonchalance propre aux Lui drivers).


 
Le succès de la Belle Américaine (la Mustang truste la tête des ventes… jusqu’en Allemagne) n’est pas pour nous déplaire : Lui avait pu apprécier son confort à toute épreuve lors de son essai l’an dernier et en avait même tiré une édition spéciale, designée par l’artiste multicartes, multiformes et multistyles Thomas Lélu. De là à dire qu’on aurait pu prévoir un tel succès pour la Mustang 2015 (principalement dans version Fastback en ce qui concerne les Français), il y a un pas que notre légendaire modestie nous interdit de franchir. Même si en fait, on ne peut vraiment pas s’empêcher de vous dire qu’on vous avait complètement prévenus.

Si vous êtes en manque de sensations, Lui ne saurait donc assez vous encourager à faire à votre tour l’expérience de la Mustang. Surtout que son système MyKey, grâce auquel les parents peuvent fixer une vitesse limite aux jeunes conducteurs tout juste auréolés de leur permis, va dans le sens de notre plus grande passion, qui est bien sûr d’œuvrer pour le bonheur des familles et le repeuplement de la France.

Ford Mustang Deauville 2016

© Ford

Que ce soit les Américains qui nous permettent de renouer en toute tranquillité avec la vitesse, le plaisir de conduire et l’harmonie entre les générations ne nous gênera pas : c’est toujours un plaisir d’avoir une dette envers une nation qui nous a envoyé Elvis Presley et Steve McQueen. Merci pour tous, les gars. On vous le rendra en fromages faits et costumes chics dès votre prochaine visite.

Dans la même catégorie