Merci Jacquie et Michel : dans les coulisses du couple star

Combien y a-t-il aujourd’hui de sites « Jacquie et Michel ? » Comment gérez-vous le contenu ?
Il y a un peu plus d’une trentaine de sites « Jacquie et Michel » et dérivés. Il y a deux types de contenus. Celui envoyé par les amateurs, qui ne faiblit pas depuis 1999. Et celui produit par nos équipes, que nous postons sur 5 sites de vidéos différents : Jacquie et Michel TV, (le plus populaire avec 9 millions de visiteurs différents par mois, leader français), mais aussi Pornovoisines, PornEverest etc.)

Combien êtes-vous à travailler pour l’entreprise ?
Il y a 14 CDI actuellement (6 développeurs web, 1 graphiste, 2 Community Manager…) mais on doit être au total entre 40 et 50 à graviter autour de l’entreprise. Il y a deux personnes qui s’occupent du contenu amateur posté quotidiennement sur nos 4 sites (JacquieetMichel.net (l’historique), Voyeur France, Vos Femmes, Mondexhibition), un directeur de casting, une dizaine de réalisateurs, un monteur vidéo, un directeur de soirées qui s’occupe d’établir des contrats pour les boîtes de nuits avec notre Jacquie et Michel Tour, sans compter les personnes qui s’occupent de l’organisation, de l’entrepôt, du Jacquie et Michel Store…
 

Cédric et Jade.  © Jacquie et Michel

Cédric et Jade. © Jacquie et Michel

Comment voyez-vous l’industrie du porno amateur à l’ère 2.0 ?
Malgré ce que l’on peut penser, l’industrie du porno va mal. Elle souffre des « tubes » qui volent les vidéos de producteurs. À peine vous mettez une vidéo en ligne, que vous avez payée (caméraman, éclairage, acteurs, monteur et ainsi de suite) que quelques minutes après, elle se retrouve gratuitement sur ces sites. Il n’y a plus vraiment d’entreprises pornos en France, on peut les compter sur les doigts d’une main. Le porno rebondit toujours, nous verrons avec quoi, nous testons des choses. Ce qui est sûr, c’est que l’avenir reste dans Internet et se passe de plus en plus sur mobiles et tablettes.

Un conseil pour ceux qui souhaitent se lancer ?
En tant qu’acteur du secteur, je conseillerais à la personne d’oublier. 99 % des hommes n’arrivent à rien une fois devant le fait accompli. Devant une caméra, avec une inconnue, avec quantité de personnes autour, il faut avoir un mental d’acier. 1 % y parvient. En tant que producteur, comme je vous le disais plus haut, c’est très difficile. Avant, les hébergements web étaient gratuits, le développement sommaire et les internautes moins regardants. Maintenant, il faut des assises solides pour se lancer. Et même avec, ce n’est pas gagné !

Pénétrez l’univers de Jacquie et Michel par ici (attention, il faut être majeur).

Vous pouvez aussi les suivre sur Twitter et Facebook.

1 2

Dans la même catégorie