Et tout de suite, les Oscars de l’horlogerie

Notre palmarès des plus belles montres

Comme chaque année depuis 2001, à l’occasion du Grand Prix de l’Horlogerie de Genève, le petit monde de la belle horlogerie récompense les marques de montres. Des dizaines de luxueux garde-temps sont donc aujourd’hui en compétition pour remporter la prestigieuse Aiguille d’Or, ou l’un des seize prix qui viendront couronner le talent créatif et le savoir-faire horloger contemporains.

Grand Prix de l’horlogerie : la sélection Lui !

En cette rentrée, la présélection des montres participantes étant désormais terminée, place au vote ! Notons tout de même toujours cette année l’absence remarquée de quelques belles marques de montres de luxe à l’image de Rolex, Patek Philippe ou encore Breitling, qui se refusent toujours pour l’heure à mettre en compétition leurs créations… Alors que les prix ne seront décernées que fin octobre lors d’une cérémonie au Grand Théâtre de Genève, nous vous proposons de découvrir une sélection de quelques unes des plus belles et plus impressionnantes montres en concours.

L’horlogerie High Tech signée Audemars Piguet
En compétition pour remporter le prix « Chronographe« , la montre Royal Oak Concept Laptimer réalisée en collaboration avec Michael Schumacher est un garde-temps hors-norme par son design, mais également par sa complexité et ses fonctionnalités qui permettent de réaliser un chronométrage sur circuit en continu quasi parfait.

Royal Oak laptimer

© Audemars Piguet

Prix de vente : 209 000 euros.
 
La pureté au service de la complexité
En compétition pour remporter le prix « Haute Mécanique pour Dame« , le modèle Iceberg de HYT a du dynamisme à revendre. Une montre en titane étanche à 100 mètres qui, comme toujours chez HYT, se joue des fluides, l’aiguille des heures disparaissant chez la marque au profit d’une indication fluidique !

Montre HYT Iceberg

© HYT

Prix de vente : 55 000 euros.
 
Le cœur de la Haute Horlogerie
En compétition pour remporter le prix « Tourbillon« , la montre Bovet 1822 Braveheart semble avoir pour elle de beaux arguments ! Une montre de Haute Horlogerie en or rouge éditée à seulement 30 exemplaires qui semble comme se mettre à nu comme pour mieux profiter du temps qui passe.

Montre luxe Braveheart 1822

© Bovet

Prix de vente : 442 000 euros.
 
Le mythe de retour chez TAG Heuer
En compétition pour remporter le prix « Exception Mécanique« , le modèle Monaco V4 Phantom de TAG Heuer, l’un des modèles parmi les plus chers jamais conçus par la marque, pourrait bien cette année se distinguer. La maison suisse donne en effet naissance en 2015 à une nouvelle version de la mythique TAG Heuer Monaco présentée pour la première fois en 1969 !

montre Tag Heuer Monaco

© Tag Heuer

Prix de vente : 41 500 euros.
 
La montre d’aviateur dans une nouvelle ère
En compétition pour remporter le prix « Sport« , le modèle BR-X1 en carbone forgé de Bell & Ross propose une vision avant-gardiste ou presque de la montre d’aviateur, une montre en céramique high tech et titane qui démontre une réelle volonté de la marque française aux montres swiss made de conserver une longueur d’avance sur le créneau des bijoux d’horlogerie dédiés au monde de l’aviation.

Montre Bell and Ross

© Bell&Ross

Prix de vente : 17 700 euros.

Dans la même catégorie