24 heures avec Charlie Watch

Quand Lui découvrir de jeunes créateurs qui osent lancer une nouvelle de marque de montres, Lui vouloir les interviewer. C’est pourquoi nous avons envoyé Felix Amouyal à la rencontre des créateurs de Charlie Watch, une de ces nouvelles enseignes qui rappellent que l’horlogerie française compte encore des beaux jours devant elle.

Installés rue de Charonne, dans le XI° arrondissement de Paris, Ambroise Parlos et Adrien Sanglé-Ferrière, fondateurs de Charlie Watch, cherchent à unir belles matières et prix accessibles. La clé ? Pour Ambroise, une question de style : « Comme c’est un milieu assez concurrentiel (C’est rien de le dire, ndlr !), il est nécessaire d’avoir un univers qui plaise », explique ce pas tout à fait trentenaire à la voix légèrement cassée.

L’histoire d’Ambroise et Adrien s’écrit dans la durée. Les deux amis qui se connaissent « depuis les scouts, ça fait plus de quinze ans », ne s’étaient jamais vraiment perdus de vue et ne pouvaient que se retrouver… En l’occurence, sur les bancs d’une école de commerce, où le projet Charlie Watch a éclos. Alors plus « amateurs éclairés » que véritables passionnés, une étape vers la professionnalisation leur est rapidement nécessaire. « Nous sommes passés au lycée d’horlogerie de Paris, nous avons visités des salons, rencontré des horlogers de quartiers, et fait toutes les recherches que nous pouvions pour bien comprendre tous les rouages », se rappelle Adrien.
 

À leurs débuts, les deux Parisiens souhaitaient concevoir et fabriquer des montres « qui plairaient à [leurs] amis mais, aujourd’hui, [ont] envie d’apporter quelque chose à l’horlogerie française ». C’est pour cela qu’ils travaillent à fond les notions d’univers et d’identité, en s’inspirant d’abord de leur ville natale. « Nous sommes tous les deux Parisiens, l’atelier avec lequel on travaille se situe dans le XV° arrondissement, notre boutique est près de Bastille… Paris, ses monuments, ses cafés, ses habitants, c’est là qu’on habite et naturellement, cette identité se reflète dans notre communication. »

« Et ce nom, « Charlie », euh… Depuis les attentats de janvier, ose-t-on… C’est pas un peu lourd à porter ?
-On a quelques commentaires sur Facebook, de personnes qui ne connaissent pas la marque et qui critiquent ce choix, parce qu’ils croient qu’on l’a pris après les attaques. Une fois qu’on leur explique la date de création de notre marque, donc au printemps 2014, ils comprennent… mais c’est agaçant, » convient Adrien, grand garçon, mâchoire carrée, attitude assurée.
Et ce logo, pourquoi une cigogne ?
– Parce qu’elle reste élégante en plein vol, et qu’elle véhicule des valeurs qui nous plaisent.
La fécondité, la longévité… Ça renvoie à la cigogne alsacienne, qui porte son petit ballot, mais aussi à son aspect oiseau migrateur, qui aime voyager autour du monde. »

© Charlie Watch Ambroise Parlos et Adrien Sangle-ferriere

Ambroise Parlos et Adrien Sangle-Ferrière, © Charlie Watch

Comme tous les jeunes gens qui se lancent et frappent à la porte des agences bancaires, les fondateurs de Charlie Watch ont eu beaucoup de mal à trouver des partenaires, convaincre que leur idée était bonne et le marché viable. C’est donc in fine une campagne de financement participatif qui a été le principal déclic. Alors qu’ils demandaient 10 000 euros pour lancer leur projet, 30 000 ont été récoltés et cette prouesse a permis à l’enseigne de développer fortement sa crédibilité en prenant un bon départ.
Désormais présentes dans une quarantaine de points de ventes, les Charlie Watches se retrouvent dans toutes les grandes villes de France et sont entrées début juin au célèbre Citadium de Paris.

Amateur de marques prestigieuse comme IWC ou Bell & Ross, Adrien ne néglige aucun détail sur ses montres. Le design est classique, élégant et dispose de bracelets interchangeables selon les goûts et les envies de chacun. Boîtier acier 316L poli, verre minéral endurci, mouvements quartz ronda 1069 sont les caractéristiques principales de ces garde-temps au prix très abordable (100 – 150 euros). Sachez également que leurs produits bénéficient du « triple 24 » : 24h pour répondre à toutes questions, 24 jours pour essayer la montre et 24 mois de garantie. Qui veut tenter ?

La collection en intégralité est disponible sur le site de Charlie Watch. Retrouvez Charlie Watch sur Facebook, Twitter ou Instagram !

Dans la même catégorie