La nouvelle vie d’Ünkut

Article sponsorisé

On connaissait l’élève qui dépasse le maître et la création qui échappe à son créateur. Ünkut, la marque de street wear fondée par Booba, commence une nouvelle vie, multiplie les publics et déploie les styles. Voici comment.

Depuis quelques temps, les observateurs attentifs suivent de près la deuxième vie d’Ünkut, la marque de vêtements créée par Booba. Certes, dès l’origine en 2004, le défi est ambitieux, à la hauteur des aspirations d’un rappeur abonné au titre de Number One. La marque, qui se spécialise alors dans le streetwear, croit en effet possible de mixer les influences européennes et américaines, ce qui n’était déjà pas gagné, mais aussi de se faire respecter à l’étranger et d’embringuer dans son aventure des jeunes gens de tous horizons parmi ses fans, ainsi que des sportifs de toutes les disciplines côté égéries (Karim Benzema et Mario Bolatelli en football, bien sûr, mais aussi le champion d’Europe de Muay thai Bobo Sacko, ou le tennisman Hugo Nys en passant par le golfeur Pierrick Peracino)… Bref, de faire une marque sexy, lucide, branchée et populaire. 10 ans plus tard, Ünkut est devenue une marque incontournable sur le marché du streetwear/fashion.
 

 
Depuis le printemps dernier, en effet, les plus observateurs des fans du Duc comme d’Ünkut (avec respectivement 4 millions et 490 000 admirateurs sur Facebook, ça fait du monde !), auront observé que la marque s’internationalise et multiplie les partenariats. Ünkut s’est, en effet, déjà associée auparavant avec (excusez du peu) DC Comics, pour une collection entière aux couleurs et logos de Batman et Superman, Yamaha, pour une moto exclusive suivant les codes et lignes Ünkut, ou Lamborghini avec là aussi une voiture exceptionnelle dans la lignée du travail de Booba. Ne reste plus qu’à conquérir le monde.

Phase 1 déjà franchie avec sa participation en août 2015 au salon Las Vegas Agenda Show… Et surtout l’inauguration d’un premier showroom international à Hong Kong, après la conquête de l’Europe et une implantation, réussie et remarquée, au Canada. Dans la foulée, Ünkut s’adresse à un public toujours plus large, comme en témoigne sa collection printemps-été 2016, avec l’arrivée de 3 Denim 5 poches droits, du gris légèrement délavé pour les adeptes de la valeur sûre au noir à empiècement surpiqués qui devrait séduire les bikers et amateurs de deux-roues, ou un bleu bien destroy rappelant les années grunge : la marque symbolise un art de vivre urbain et résolument World, aux antipodes de l’épuisant trio camouflage/survie/kaki qui fatigue jusqu’aux plus motivés des héros des villes !

Ünkut Printemps 2016

© Ünkut

« Chez moi, il n’y a pas la même ambiance que dans les autres boîtes. Je rigole avec les mecs qui bossent avec moi. Les diplômes, je m’en fous. Tant que les gens sont compétents, ils sont embauchés. C’est comme pour le sport: on s’en fout que tu aies un bac +5 ou que tu sortes de BEP. Si tu cours vite sur 100 mètres, tu es embauché ! », expliquait Booba à Men’s Health en 2014. Une méthode, de fait, trop peu courante dans nos contrées et qui explique sans doute qu’Ünkut aborde sa deuxième vie avec audace et sérénité. « Contrairement aux Français qui vont te demander qui tu es pour pouvoir prétendre répondre à leurs besoins, Booba fonctionne à l’américaine: si tu es bon, il t’engage », confirmait à nos confrères de Slate Samir Nuntucket, l’auteur de Supernovas : French Odyssey 1.1, un livre entièrement consacré à la success story d’Élie Yaffa. Faire confiance, laisser parler le mérite, ne pas se figer : comment s’étonner avec cette recette, qu’Ünkut séduise bien au-delà de ses premiers fans, (déjà nombreux !), mais aussi au-delà de la seule street culture ?

Ünkut été 2016

© Ünkut

Bien sûr, on ne conseillera pas forcément au lecteur de Lui de s’habiller en Ünkut des pieds à la tête tous les jours de la semaine mais, avec la diversité de ses lignes les plus récentes (avant ses pièces de 2016 évoquées plus haut, sa collection printemps-été 2015 mêlait carrément tartan et print, broderie et simili-cuir, géométrie en noir et blanc et dégradés aux couleurs du ciel), il serait absurde de ne pas en intégrer au moins quelques pièces bien senties à son vestiaire masculin, tendance modern dandy… hashtag cool.

L’avantage en plus, quand on vous demandera ce que vous portez, c’est que répondre « Ünkut » vous permettra de lancer la conversation sur Booba comme sur la poésie, sur la survie en ville ou sur le business, sur le style ou le flow, au choix ! Pour adeptes… Plus uniquement.

Plus d’infos -et les produits- sur le site d’Ünkut, ici.

Dans la même catégorie