Questions de style

À la vie à la mode

Connaissez-vous les No-Go Zoners, les Western Bikers ou les Pop Gamers ? Non ? Vous êtes peut-être, pourtant, l’un d’eux. Il s’agit des 3 grandes tendances de mode masculine qui débarquent en force et dont l’influence devrait grandir tout au long de l’année. Où, quand, comment, pourquoi ? Les experts du Who’s Next et de la boutique Merci décryptent pour Lui.

Tous les ans, la Fashion week accueille les créateurs des plus grandes maisons de couture. Mais tous les autres —ceux qui n’ont pas encore leur place au soleil mais n’en pensent pas moins— s’affichent au Who’s Next, porte de Versailles à Paris, qu’ils débutent ou commencent à être bien installés parmi les marques qui comptent. Cette année, 800 marques y présentaient leurs modèles phares des saisons à venir, pendant que les tables rondes ou conférences s’interrogeaient sur la mode connectée, les bonnes pratiques à adopter pour les créateurs désireux d’infiltrer les marchés asiatiques ou la fabrication responsable et éthique… jusqu’en Inde.

Entre deux travées, Martine Leherpeur attire notre œil sur trois grosses vagues en approche de la planète style. Au menu : la tendance biker pour tous, à mesure que le grand public apprivoise les accessoires fétiches des motards pur-jus (veste en cuir et boots), l’urbanisme extrême des No-Go zoners et la célébration de la culture geek, grâce aux pulls colorés des Pop-Gamers, vont prendre place dans plus d’un vestiaire masculin. Pour le meilleur ou pour le pire ? À vous de juger !

Western Bikers : place aux cow-boys urbains

Les Western Bikers mélangent vêtements vintage et pièces neuves et ne jurent que par le « hand made ». C’est surtout un mode de vie, un goût assumé et revendiqué pour les belles choses et le kif en toutes circonstances… mais l’air de rien. Le chic avec ou sans cambouis, le style à la coule. Vous l’avez reconnu : dans les sixties, l’étoile de l’Indiana (Steve McQueen, bien sûr) s’est fait le précurseur de ce style, qui n’est définitivement plus réservé qu’aux bad-boys, et n’a pas fini de séduire les filles.
 

Pour devenir un vrai « Western Biker », il est nécessaire d’avoir dans sa garde-robe un oversize, une doudoune sans manche ou encore une veste en cuir. Il faut associer à ses foulards colorés (porté autour du cou ou accroché au pantalon) des matériaux bruts —rien de tel qu’un jean accompagné de rangers, avant d’achever le tout d’un bracelet en cuir ou une chevalière, pour le côté rétro stylé.

La moto, quant à elle, reste bien sûr en option.

No-Go Zoners : party hard or go home

Le No-Go Zoner est un funambule entre le beau et le moche. Il n’hésite pas à porter une veste denim sur les épaules en même temps qu’une paire de sneakers parce que, quand on aime danser, il faut savoir prendre soin de ses pieds. Contrairement aux jeux de lumière multicolores qui réveillent jusqu’au plus pâlot des raveurs, le No-Go Zoner privilégie les tons neutres : kaki, gris chiné ou encore rouge soviet. Cet acrobate du style fait sans cesse référence à la banlieue et à la Russie. Son univers réunit la culture skate et « finkid » au monde de la nuit.

No go zoner en zone urbaine.

Des « No-Go Zoners » heureux, © Jules Faure – collage Morgane Pouillot courtesy Who’s next

Pop Gamers : pixels et Colorblock

Mario Bros, Zelda ou encore Pokemon : pour le Pop Gamers, la culture geek est une authentique source d’inspiration. Au fur et à mesure des années, il en a fait un style vestimentaire. Il assemble des pantalons en toile et des jacquards de couleurs vives faisant référence à des personnages légendaires du gaming. Sans tomber dans le cosplay, il remet de la couleur dans la grisaille urbaine en privilégiant matières pop et pigments péchus. Avec le style Pop Gamer, l’humour et le décalage font vibrer votre âme de kid. La mode de demain est belle… et bien arrivée.

FORUM 1

© Who’s Next

Tendances 2016-2017 :3 questions à Marcel Lassance, Directeur Artistique de Merci

Le Who’s Next, ce sont les créateurs, mais aussi les acheteurs. Lui s’est penché sur l’avenir de nos looks avec le Directeur Artistique du concept-store parisien Merci, créé en 2009 par les fondateurs de la marque Bonpoint. Un homme pressé (qui a travaillé, excusez du peu, pour Claude Chabrol, Costa Gavras, Jacques Doillon ou François Mitterrand) qui nous confirme, hélas, qu’en 2016 il ne sera plus question pour les habitants des villes de trouver des excuses pour ne pas courir.

Pouvez-vous nous expliquer le concept de la boutique Merci ?
L’idée est de réunir en un seul endroit convivial une sélection pointue pour la maison, la mode et les objets. Ce n’est pas tant un magasin qu’un lieu où l’on peut venir, pas forcément pour acheter, mais pour aussi flâner et faire des découvertes, prendre un café ou se restaurer.

Serendipity Sport chez Merci

© Serendipity Sport chez Merci

Quelles sont les tendances Homme de 2016 et les créateurs qui vous ont séduit cette année ?
Ce qui se dégage de plus marquant, c’est le changement assez radical dans les volumes. Le slim est certes encore là, mais la tendance est à l’oversize… Et aussi, de plus en plus, les hommes osent les tissus à motif. Les collections de Barena, Bleu de Paname, Homecore ou Universal Works me plaisent beaucoup. Ces enseignes sont comparables à Comme des Garçons et Paul Smith, que j’aime aussi énormément.

Quelles sont les nouvelles lignes artistique de Merci ?
Chaque mois, nous mettons en place des événements pour mettre en avant des tendances qui nous semblent pertinentes et reflètent des phénomènes de société émergents. En ce moment, le thème est Sport in the city. Il illustre cette nouvelle attitude, influente et convergente, qui rassemble le sport, le bien-être et la ville. Que ce soit par la mode, les objets, les livres… Ou même la diététique.

Si vous souhaitez découvrir en avance les prochaines tendances lors du prochain Who’s Next, c’est juste ici. Vous pouvez rejoindre le mouvement sur Facebook pour découvrir la prochaine programmation du salon.
La boutique Merci vous accueille du lundi au samedi au 111 Boulevard Beaumarchais à Paris (75003). Plus d’infos en ligne.

Dans la même catégorie