Le Championnat du monde de l’orgasme

L’Édito de Lui n°18 (juin 2015)

Mes amis, l’heure est grave. L’humanité va au-devant de périls incommensurables. Le monde est en train de basculer : l’Apple Watch va révolutionner notre vie sexuelle. Cette montre numérique est capable de compter les battements de votre cœur. Or William Masters et Virginia Johnson ont démontré qu’un orgasme multiplie nos pulsations cardiaques par deux. Par conséquent, il est désormais possible de mesurer si une femme simule sexuellement. Imaginez les conséquences gigantesques d’une telle découverte ! Une pornstar ukrainienne, Kristina Vashchuk, vient de créer un site Internet nommé Yonitale, 
dont le but est de filmer des orgasmes féminins « vérifiés » avec la nouvelle montre connectée. Elle a même breveté une « échelle du plaisir » (Pleasure Scale) qui classe les différents types d’orgasme selon les BPM. Et projette bientôt d’organiser un « championnat du monde de l’orgasme certifié », avec une finaliste par pays.

Vous me voyez venir à cent kilomètres, 
moi l’homme des cavernes. La mort de la simulation féminine, c’est aussi celle de l’égoïsme masculin. Depuis des millénaires, l’homme est incapable de savoir si la femme jouit ou s’ennuie au lit. Cette longue période de mystère est à présent révolue. Désormais, si votre petite amie possède une smartwatch, elle sera en droit d’exiger un high score quotidien (autour de 130 BPM), au lieu de faire semblant de grimper aux rideaux pour ne pas froisser votre petit ego de playboy. Cette révolution est la véritable victoire du féminisme. Finie la comédie !

« Désormais, si votre petite amie possède une smartwatch, elle sera en droit d’exiger un high score quotidien (autour de 130 BPM). »

Une pointe de nostalgie machiste me tenaille toutefois… C’était tout de même joli de voir les frigides gémir, agripper les draps, cambrer les pieds, pousser des cris bizarres, tous ces efforts attendrissants qu’elles faisaient pour nous flatter… Comme il était fascinant de ne pas savoir… De ne jamais être certain à 100 % de l’efficacité de nos efforts… Certes, il existait des indices (par exemple, les femmes fontaines), mais aucune « preuve de plaisir réel » n’était fiable comme les chiffres fatidiques de la cybermontre. Certaines tremblaient pour de faux, d’autres se pâmaient en silence. Impossible de savoir si les bons coups mentaient.

Rosie Huntington Whiteley nue dans Lui

Mais ça, c’était avant. Messieurs, attendez-vous au pire : le rapport sexuel va devenir comme un examen du baccalauréat. Vous pourrez toujours refuser que votre partenaire porte une montre au poignet, mais vous passerez alors pour un paresseux effrayé par le verdict. Cela dit, il y a tout de même un espoir. La nuit dernière, quand j’ai demandé à ma femme d’enfiler la fameuse Watch, elle a refusé : « Ah non, ça va me déconcentrer, c’est le meilleur moyen de ne pas y arriver ! » Victoire : la peur de la panne vient de changer de camp.

Dans la même catégorie