Notre muse

L’Édito de Lui n°19 (juillet-août 2015)

– Allô, Marie de Villepin ?
– Yes, who’s calling ?
– It’s Frédéric from Paris. Remember me ?
– Ah oui, excuse-moi ! Je me souviens 
très bien de toutes les fois où nous nous sommes rencontrés.
– C’était toujours dans des dîners très ennuyeux d’où nous nous enfuyions avec des filles riches dans des voitures dangereuses.
– Tu as une excellente mémoire.
– Au fait, tu étais sublime dans Saint Laurent de Bonello…
– Non, moi j’ai joué dans celui de Jalil Lespert.
– Oups, pardon. En tout cas, tu faisais 
très bien Betty Catroux, la muse blonde.
– Merci. Je suis contente de ne pas avoir été coupée au montage comme dans Inglourious Basterds de Tarantino.

Marie de Villepin nue dans Lui Magazine

– Je voulais te demander d’être la muse 
du magazine Lui pour le numéro double 
de l’été 2015.
– En quoi ça consiste ?
– Eh bien, on te photographie sous toutes 
les coutures. Parce que tu nous inspires…
– Mon corps vous inspire ?
– Ton esprit aussi. On te posera des questions. Tu nous raconteras tes deux groupes de rock, tes amis surréalistes à New York, ta vie de fille exilée d’ancien Premier ministre de la France, ton amitié avec Amber Heard et Rie Rasmussen et tes projets de cinéma, etc.
– Attention, ça risque d’être punk. Je vis en communauté avec des artistes bizarroïdes. On se filme, on fait de la musique, on s’envoie de la nourriture sur le corps, on n’a pas sommeil. Je n’ai pas trop envie de parler 
de mon père. Je préfère te parler de Salvador Dalí, de Patti Smith et d’Andy Warhol.
– C’est pour toutes ces raisons que je t’appelle. Tu as été l’égérie des parfums Givenchy, veux-tu être la mienne ?

« On se filme, on fait de la musique, on s’envoie de la nourriture sur le corps, on n’a pas sommeil. »

– Bon d’accord. Tu vas me demander de me déshabiller, c’est ça ?
– Ce n’est pas moi, c’est Cédric Buchet.
– De toute façon, la nudité ne me pose 
aucun problème.
– Marie ?
– Oui ?
– Tu es géniale. Tout le monde devrait être fou de toi. Si je n’avais pas été marié, on aurait pu… toi et moi… tu crois ?
– Eh bien non, je ne crois pas, je suis désolée Fred.
– Marie ?
– Yes ?
– Merci.
– Sticky kisses from New York City.
– Aggggh…

Dans la même catégorie