LES BONNES NOUVELLES DE FRÉDÉRIC BEIGBEDER

Les bonnes résolutions de Frédéric Beigbeder : l’Édito de Lui n°33 (décembre-janvier 2017)

En 2016, de nouveaux émoticônes sont apparus : le robot, le smiley lubrique, le smiley sourire à l’envers, les deux gros yeux. Mon favori est le penseur : je l’aime beaucoup, même si je ne sais pas trop à quoi il sert.
En 2016, j’ai reçu au journal une valise de poivres de Terre Exotique, avec 20 poivres différents, dont le poivre de Malabar, venu d’Inde. Je l’aime beaucoup, même si je ne sais pas trop à quoi il sert.
En 2016, les Pim’s chocolat-orange existaient toujours. À l’origine, ces gâteaux anglais se nomment des Jaffa Cakes. Vous pouvez vérifier sur Wikipédia.
En 2016, Bob Dylan a eu le prix Nobel de littérature.
En 2016, la France a gagné des médailles d’or aux Jeux Olympiques. Je trouve ça bien, même si je ne sais pas trop à quoi ça me sert. En 2016, un bébé panda géant est né en Belgique.
En 2016, Vanessa Paradis et Johnny Depp sont à nouveau ensemble : je trouve ça bien, même si je ne suis pas sûr de cette info.

« En 2016, Angelina Jolie, Amber Heard et Charlize Theron sont redevenues célibataires »

En 2016, Nuit Debout continue : il y a toujours 17 personnes place de la République, malgré l’installation d’un skate-park par la mairie.
En 2016, Angelina Jolie, Amber Heard et Charlize Theron sont redevenues célibataires, même si je ne suis pas sûr de cette info.
En 2016, le one-man-show de Jonathan Lambert à la Nouvelle Eve était précédé de cette annonce : « Le spectacle va commencer, merci d’éteindre vos pacemakers et téléphones portables. »
En 2016, Winona Ryder pleurait bien dans la saison 1 de Stranger Things.
En 2016, il y a eu un appel dans Le JDD intitulé Stop au Hollande bashing, signé par Catherine Deneuve, Juliette Binoche, Agnès B, Dominique Besnehard et Benjamin Biolay. C’était rigolo.
Bon à part ça, 2016 fut bel et bien une année de merde et ceci dans de nombreux domaines : Amérique, Grande-Bretagne, feux d’artifice à Nice, etc.
Le pire dans tout ça, c’est qu’on n’est pas vraiment pressé d’être en 2017.

Vous le savez : à LUI, nous aurions préféré que le temps s’arrête en 1972, juste avant le premier choc pétrolier. Nous présentons tout de même nos meilleurs vœux de bonheur à tous les lecteurs qui ne se seront pas suicidés en lisant cette page.

Dans la même catégorie