Un verre pas tard. Les bars d’hôtels

Si Paris n’est pas New York, les bars d’hôtels de la capitale font aussi le plein. Revue des meilleures planques pour roucouler, tromper, draguer, divorcer…

Par Alexis Chenu. Paru dans Lui magazine.

ÇA, C’EST PALACE
GEORGE V
Si la clientèle comme le décor n’est pas de toute première fraîcheur, le bar du George V est l’adresse parfaite pour une pause Martini, un bon cognac ou l’excellent whisky Yamazaki. Mix entre club british et maison de chasse bourgeoise, l’endroit attire toujours l’Anglais à l’heure du thé, l’Américain au cocktail, quelques vrais riches russes et son lot de stars et de grandes actrices. Des bonnes manières et un supplément de glamour à retrouver au restaurant George, nouvel écrin à la cuisine gastronomique light teintée d’accents méditerranéens et proposant, sous une rivière de lustres en cristal, quelques ceviches efficaces, langoustines et petites portions luxe.
31, avenue George-V, Paris 8.

Four seasons Paris

Four seasons Paris

EYES WIDE SHUT
SAINT-JAMES
Vu la concentration de bolides, l’ancien hôtel particulier de la fondation d’Adolphe Thiers, aujourd’hui aux mains du groupe Bertrand (Burger King, Angelina, Lipp…), rutile comme à Monaco. Ouvert au public le soir après 19 heures, le Saint-James s’ouvre sur un grand bar-bibliothèque du XIXe siècle. Ambiance Eyes Wide Shut, Harry Potter, et Le Cercle des poètes disparus, c’est un peu tout à la fois ici. Cocktails à descendre dans les fauteuils en cuir, mais carte de snacks à éviter. Par la porte cachée, filer au fumoir pour un dernier verre et réserver une des chambres aux décorations farfelues signées Bambi Sloan.
43, avenue Bugeaud, Paris 16.

Saint James Paris

Saint James Paris

MI-FIGUE MI-RAISIN
THE PENINSULA
On s’y rendrait presque à reculons. L’ancien siège de la Gestapo sous l’Occupation, transformé en palace il y a un an et demi, peine à séduire. En cause ? Des fantômes peu recommandables ? Un restaurant chinois ne cassant pas des briques ? Seul lot de consolation, le bar et ses hauts plafonds qui fait l’affaire en duo. Cocktail « Mad Man » à la liqueur de tabac servi en flasque. Bien vu aussi, la terrasse pour cloper, bien plus agréable que le fumoir.
19, avenue Kléber, Paris 16.

The Peninsula Paris

The Peninsula Paris

ET SINON

Au Plaza, privilégier la galerie rafraîchie l’année dernière plutôt que le bar gadget envahi d’ados chinois. Au Bristol, commander un «Old Fashioned» au chef-barman Maxime Hoerth sous perfusion de sons bien choisis. À l’anglaise, le bar du Raphael reste charmant, le Park Hyatt Vendôme fait la rencontre confidentielle, et la cour de l’hôtel Jules&Jim avec cheminée extérieure séduit à coup sûr. Inclassable, le bar de l’Hôtel du Temps et sa cachette au sous- sol. Reste l’imbattable, le bar de L’Hôtel à Saint-Germain-des-Prés et ses cocktails servis dans un décor à la romaine qui invite à l’orgie générale.

* L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

Dans la même catégorie