À l’assaut des nouveaux restaus

Rentrée 2016 : 10 nouvelles tables incontournables

Vous le savez, depuis quelques temps, Lui.fr fait confiance à la blogueuse Ombeline’s Tips pour savoir où sortir et quoi manger. Cette semaine, après nous avoir expliqué comment perdre quelques kilos, sa créatrice nous dit comment les regagner.

Le Sud

Bien connu des Parisiens, le restaurant le Sud avait pris un sacré coup de vieux. Bonne nouvelle, il a subi un vrai lifting sur le fond comme sur la forme. Dans un décor chaleureux et décontracté, c’est cette fois en Provence que vous vous trouvez. Terrasse et patio verdoyants nichés sous une grande verrière, salle à manger tout droit sortie d’une bastide provençale, salons cosy, on ne sait plus où s’attabler tant on a envie de profiter des différents espaces.

Bien entendu, le chef propose une cuisine méditerranéenne. On fond pour le thon mi-cuit au sésame et houmous et légumes printaniers (26 €) ou les linguine stracciatella (cœur de burrata) à la tomate fraîche et basilic (21 €). Pour finir, il serait dommage de passer à côté de la panna cotta au chocolat blanc et aux framboises ou de boules de glaces maison, à tomber !

Restaurant parisien méditerranéen

© Le Sud

Pour ceux qui sont plutôt dispos pour l’apéro, tous les soirs de 17h à 20h, c’est happy hour avec cocktails maison sur-mesure. Pour les amoureux du « healthy », la citronnade maison ou jus détox à prix mini (4,5 € et 6,5 €), aux fruits pressés minute. Pour satisfaire les petites et grandes faims de ceux qui veulent grignoter en sirotant leur cocktail, il y a une sélection de belles planches à partager (burrata à la truffe, croquettes de mozzarella, croustillants aux gambas…). Avec tout cela, il ne manque plus que le sifflement des grillons. Attention, toutefois : chantonner « C’est un endroit qui ressemble à la Louisiane, à l’Italie / on dirait le Sud, le temps dure longtemps… » n’est autorisé qu’en toute fin de repas.

Ouvert tous les jours de 8h à 23h30. Service voiturier.
91 Boulevard Gouvion Saint-Cyr, 75017 Paris (Métro Porte Maillot)
Plus d’infos sur le-sud-restaurant.com

Le Monkey

Restaurant le Monkey Paris

© Grégory Barboux courtesy Le Monkey

C’est dans un ancien bar à hôtesse en plein cœur de Pigalle que les deux jeunes amis, Antony et David, ont ouvert un élégant bar à vin et à grignoter (des mets de qualité !). Une fois la minuscule porte d’entrée passée, vous longez un magnifique bar en granit brésilien tout en admirant l’atmosphère « jungle » du Monkey, tapissé d’un papiers-peints vert aux motifs exotiques. Installée sous la mascotte de la maison, une applique murale en forme de singe malicieux qu’on a essayé de chiper trois fois, dans un fauteuil en velours carmin ou dans l’un des canapés aux capitons rouges, un cocktail à la main, laissez-vous emporter par l’ambiance joyeuse et festive du Monkey.

Côté assiette, une carte à prix doux (verre de vin à partir de 4 €, tapas entre 6 et 25 €) de petits plats à partager (ou pas), de pizzetas, jambons, fromages et charcuteries haut de gamme. On adore le thon en tartare avec sa purée d’avocat, pomme granny, grenade & shiso pourpre et le ceviche de bar aux condiments épicés, caviar de hareng. Et pour les fanas de pizzas, leur pâte est ici fermentée jusqu’à quatre jours (ça rigole pas !). On arrose le tout de l’excellent champagne de Pierre Mignon (celui qu’on sert au Palais de l’Élysée) ou de l’un des 30 vins biodynamiques.

Le plat vedette de la maison : le Croq’Monkey préparé à partir de Comté affiné 24 mois, de jambon blanc de Paris ou blanc de poulet, crème de truffe et pain toasté de chez Poujauran, s’il vous plaît ! Méfiez-vous, toutefois : l’établissement n’est pas grand, pensez à réserver et évitez le vendredi et le samedi si vous souhaitez dîner au calme.

Du mardi au samedi de 18h à 2h.
53, rue Jean-Baptiste Pigalle, 75009 (Métro Pigalle, Blanche ou Saint-Georges)
Plus d’infos au 09 72 88 76 54 ou sur Monkeypigalle.com.

Umami Matcha café

C’est après avoir importé pendant plusieurs années des produits culinaires japonais, que Jean et Laure décident d’ouvrir le premier café japonais de France. C’est le matcha, le plus précieux des thés, qui est ici mis à l’honneur. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que chez Umami le chef s’en donne à cœur joie cookie chocolat blanc matcha, soufflé cheesecake au matcha, financier au yuzu ou matcha gourmand… tout ça à la carte ! Les vertus de cette pourde fine de thé vert broyée à la meule de pierre, également utilisée comme colorant ou arôme naturel, sont nombreuses et reconnues : lutte contre le vieillissement, combat le stress, regain d’énergie… On ne le dira jamais assez : manger, c’est bon !

C’est dans le quartier du haut Marais, à deux pas de la place de la République, que l’établissement à l’esprit coffee shop new-yorkais a ouvert ses portes en mai dernier. À l’heure du déjeuner les rayons du soleil se réfléchissent sur les tables, grâce aux grandes baies vitrées. Pour les beaux jours, ces dernières s’ouvrent sur la rue, permettant de boire un matcha ou de déguster la cuisine fusion franco-japonaise (à prix doux, ex : 15€ le donburi) du chef en quasi-terrasse…

Salle Umami Matcha Café Paris

© Julien Valle Courtesy Umami Matcha Café

Bien entendu, Umami propose ce thé en version bio, à découvrir en shoot, en latte, frappé, en shaker et même en bière ! Les amateurs de café ne sont pas en reste puisque la Maison Coutume est à l’honneur : filtre, expresso, latte, cortado…
L’établissement propose un charmant corner épicerie où on retrouve des produits comme les sauces soja, jus du yuzu, dashi, ponzu…

Ouvert du mardi au samedi, de 9h à 19h.
22 rue Béranger, 75003 Paris
 (
Métro Temple ou République).
Plus d’infos au 01 48 04 06 02 ou en ligne.

Mamma Primi : le petit frère d’Ober Mamma

C’est la très charmante rue des Dames, entre le quartier des Batignolles et le métro Rome, que l’équipe de Big Mama a choisie pour implanter son nouveau petit morceau de l’Italie.

Après avoir été accueilli par un tonitruant « Buongiorno ! », attablez-vous entre un olivier et un cyprès, commandez la plus grosse boule de burrata de Paris, des raviolis faits à la main, une pizza napolitaine cuite au feu de bois.
Pour la pasta, vous pouvez faire confiance à Stella di Viesto qui officie en cuisine. Stella, c’est la big mamma de la famille, 63 ans, dont 35 dans la pâte fraîche… faites à la main dans le resto : tortellinis, cappelletti, gnocchi, et tous leurs petits frères et sœurs. Dégustez le tout dans l’adorable vaisselle colorée de chez Fima et la fameuse casserole en cuivre Mauviel. Arrosez le tout de l’un des 150 vins italiens à la carte, ou encore d’un gin tonic 100 % de là-bas.

Pizzerria Mamma Primi Paris

© Sabri Beny courtesy Mamma Primi

Ne partez pas sans avoir goûté le tiramisu maison qui déchire tout, ni sans avoir pris le café, c’est le seul à Paris qui sort d’une machine Bosco. La première hors de Naples ! Mais oui, on vous l’a déjà dit, ici vous êtes en Italie. Précaution d’usage : sans réservation il y a la queue, donc il vaut mieux venir tôt ou tard si on veut avoir une chance d’obtenir une table sans attendre (on vous aura prévenu).

Ouvert tous les jours du Lundi au Dimanche, non-stop
71 rue des Dames 75017 Paris (Métro Rome)
Plus d’infos sur Bigmamagroup.com.

Chez Fitzgerald, plongée dans les années folles

Un nouvel établissement dans le 7ème arrondissement, c’est toujours une bonne idée ! Surtout si l’on peut s’y encanailler. C’est la riche idée qu’a eu le jeune (27 ans !) Guillaume Bénard, l’architecte de cette nouvelle adresse. En arrivant chez Fitzgerald, on découvre un bistro chic au décor qui claque entre élégance et modernité : comptoir en marbre, escalier en colimaçon, parquet et carreaux de ciment… Pour ce qui est de l’assiette, il y a du progrès à faire et de la quantité à rajouter. Néanmoins, un bon point pour le ceviche de maigre et sa crème d’avocat et de coriandre.

Mais les choses deviennent vraiment intéressantes lorsqu’on découvre le sublime bar caché derrière l’épaisse porte capitonnée au fond du restaurant. Sous un très haut plafond, on prend place dans ce salon feutré, que ce soit au bar, sur la baquette ou dans l’un des fauteuils de velours. Au mur, un ravissant papier-peint orné de flamants roses et, derrière le comptoir, pas moins de 30 références de gins. Commandez un Fitzgerald ou encore un Zelda Martini, et ressuscitez la génération perdue (mais tâchez de ne pas oublier où vous habitez pour autant) !

bar cocktail le Fitzgerald

© Le Fitzgerald

Du lundi au vendredi, de 12H à 14H30 et de 19H à 23H, le samedi de 19H à 23H.
54, boulevard de la Tour-Maubourg, 75007 Paris (Métro La Tour Maubourg).
Plus d’infos au 01.45.50.38.63 ou sur fitzgerald.paris.

Daroco

« Waouh, ça tape ! » Voici notre réaction en arrivant devant la façade toute en baie vitrée de chez Daroco. L’architecture, les matières bruts (pierre, béton, bois, verre) et les dimensions monumentales (450 m2) de cette ancienne boutique de Jean-Paul Gautier, située à la fois sur la rue et la galerie Vivienne, en jettent ! En guise de clin d’œil au styliste si singulier, le personnel porte des marinières de la marque Saint-James customisées par Le Slip français. Elle sont si jolies qu’on a bien envie de leur piquer.

Daroco restaurant italien paris

© Daroco

C’est autour de la cuisine et de son four à pizza conçu sur mesure en Italie, qu’ont été agencés les différents espaces du restaurant. La burrata, la pasta et la pizza sont très bonnes, mais c’est surtout pour le cadre, époustouflant, qu’on vient chez Daroco : jardin d’hiver aux murs végétalisés, plafond vitrée, mezzanine, bar à cocktails caché au fond de la salle. Derrière cet établissement hors norme Alexandre Giesbert et Julien Ross, déjà aux commandes des biens connus Roca, Roco et Rococo. Ces deux-là n’ont pas fini de faire parler d’eux.

7 jours sur 7 de midi à minuit (et bar de 18h à 2h)
6 rue Vivienne, 75002 Paris (Métro Bourse)
Plus d’infos au 01.42.21.93.71 ou sur Facebook.

Uptown

Avant même d’avoir goûté ce que propose la carte, on aime déjà Uptown ! Pour sa devanture bleu électrique top canon, sa terrasse plein sud, qui est l’un des spots les plus cool du bas de Montmartre, ses tables qui sont d’anciennes machines à coudre… Si le temps ne vous permet pas de profiter de la terrasse, pas de panique vous ne serez pas en reste à l’intérieur. Bois brut, façade vitrée et ambiance tamisée, le top.

le boeuf aux asperges Uptowon Restaurant

© Uptown

En cuisine, le chef Fabrizio Guérrini, ex-cuisinier du restaurant étoilé Agapé, propose une cuisine de saison créative et bistronomique. À la carte, on retrouve des créations originales ou encore l’incontournable bœuf de la maison: une pièce du boucher marinée au soja et cuite à basse température au charbon de bois. En dessert, on vous suggère l’explosion de chocolat, une sphère de cacao (à briser) accompagné d’une ganache et d’un coulis fruité. On arrose le tout d’un des nombreux vins étrangers proposés. Les prix sont minis mais dans l’assiette, c’est carrément gastronomique et l’équipe (la même que chez Joséphine place du Marché-Sainte-Catherine) est au petit soin avec la clientèle. Chaque mois, la carte d’Uptown (boissons et mets) change totalement. Quand on y était, on a particulièrement aimé le risotto menthe courgettes à la crème de parmesan super onctueuse et la seiche avec son encre, ses aubergines et ses mûres.

Samedi et dimanche, Uptown sert son brunch en quatre temps (viennoiserie de chez Boris, œuf cuit à basse température et son émulsion, bœuf ou thon cru et mousse du chef), servi avec un Mimosa et une boisson chaude (33 €).

Du lundi au vendredi, de 17h à 2h. De 10H30 à 2H le samedi et dimanche.
18 rue Francoeur 75018 (Métro Jules Joffrin ou Lamarck-Caulaincourt).
Réservations par SMS au 06 88 94 87 16. Plus d’infos sur Uptownresto.com.

Le Cochon gaulois

Vous l’aurez compris : la star de la maison c’est le cochon ! Maxime Delaboudinière, big boss de la maison et véritable passionné, peut vous en parler en long, en large et en travers ! Mais les vegans et les végétariens ne sont pas obligés de passer leur chemin, puisque la maison peut décliner un plat selon leurs critères. Ici on travaille la bête de bout en bout, les os servant pour les fonds et les jus. La démarche est la même pour toutes les viandes, volailles et poissons. Au cochon Gaulois, le produit est savoureux, choisi selon des critères exigeants, chez un artisan respectueux de l’environnement et, dans la mesure du possible, situé en Île-de-France. Le cochon est sélectionné chez les producteurs du bassin parisien regroupés au sein de l’association Le Porc Francilien.

Le Cochon gaulois restau parisien

© Le Cochon gaulois

Cette viande impeccable est, au Cochon Gaulois, cuite sous vide, au thermoplongeur, à basse température, pour que chaque morceau demeure fondant, savoureux, irrésistible. Et la volaille fermière, que l’on retrouve par exemple en suprême ? Elle a grandi en plein air en Seine-Marne. Enfin, ce n’est pas parce que le lieu est baptisé Le Cochon Gaulois qu’il vous sera interdit de manger du poisson ! Sauce tartare à la poulette, beurre blanc, jus et gelées maison, les sauces accompagnant la poiscaille sont ici préparées dans les règles de l’art.

Le plus : les desserts oufissimes réalisés par la chef pâtissière de la maison. Ne surtout pas passer à côté des profiteroles maisons (avec une glace à la vanille provenant du plus vieux artisans de Paris) ou de la brioche perdue (bien meilleure qu’un pain perdu classique) revenue dans du petit lait durant 24h.

Du mardi au vendredi, de 12h30 à 14h30 et du mardi au samedi de 19h30 à 23h30.
185 rue Marcadet 75018 Paris (Métro Jules Joffrin, Guy Môquet ou Lamarck-Caulaincourt).
Plus d’infos au 09 80 92 35 07 ou sur Lecochongaulois.com.

Animal Kitchen

Animal Kitchen, c’est un label de musique qui réunit quatre potes d’enfance trentenaires mais aussi des amoureux de la cuisine. Pourquoi ne faire qu’une chose qu’en ont en fait bien deux ? Ni une ni deux, ces joyeux lurons décident qu’en plus de dénicher et promouvoir des groupes de musiques électroniques pointus, ils peuvent tout à fait former une brigade. En avril dernier, ils ont posé leurs valises, ou plutôt leur cuisine, au Point Éphémère pour une durée indéterminée.

À la carte, des plats ou tapas aux accents asiatiques : velouté butternut, lait de coco et sa crème dashi basilic thaï & nori (5 €) ; poulpe de galice grillé, avocat, oignons rouges, radis ronds et marinade aux agrumes, ponzu & wasabi (9 €). Le plat signature : Bun sésame au cochon noir laqué à la sauce barbecue maison et ses légumes croquants (10 €) à accommoder de frites de patates douces paprika-coriandre (3 €), mousse au chocolat Guyaquil, coulis mûre-myrtille et son biscuit dacquois (4 €).

La Team Animal Kitchen

© Animal Kitchen

En ayant au préalable consulté la programmation, vous pourrez être servi au son des groupes électroniques de leur propre label (Bloum, Stand Wise, Backbone, Kanzi) ou emporter votre commande dans des barquettes en bambou.

Tous les jours, de 12h30 à 23h00.
200 Quai de Valmy, 75010
 Paris (Métro Jaurès, Bolivar ou Louis Blanc).
Plus d’infos sur Animalrecords.fr/kitchen.

En bonus : Pas si loin de Paris !
POLPO est le nouveau spot parisien sur l’eau, et le plus récent des nouvelles tables de notre sélection. Ce bar-brasserie nous rappelle l’ambiance bord de mer : homard grillé, huîtres, cocktails, jus détox… Décoré par l’architecte d’intérieur Laura Gonzalez (Manko, La Gare, Le bus Palladium…), le lieu est bohème chic, coloré, cocooning.

À l’heure de l’apéro, on se retrouve sur cette grande péniche du Pont de Levallois. On aime les gins tonic, les sangria et citronnade maison, les petites portions à partager qui les accompagnent et ses rendez-vous particuliers : à la pause déj, menu à 19,50 € ; tous les soirs dès 17h30, afterwork avec pintes et cocktails à partir de 5€ ; l’Happy Oysters de 19h à 20h (6 huîtres + 2 verres de vins blanc pour 19 €) est redoutable ; le dimanche, ce sont un brunch buffet terre – mer à 39,50 € et animation gratuite pour les enfants qui vous attendent.

polpo restaurant neuilly

© Le Polpo

Du lundi au dimanche, de 12h à 15h et de 17h à 23h30.
47 Quai Charles Pasqua, 92300 Levallois-Perret.
Plus d’infos au 01 41 34 32 86 ou sur Polpo-brasserie.fr.

La villa Gabrielle à Deauville

Pour ce qui est des restaurants, Deauville avait bien besoin de nouveauté ! C’est chose faite avec La Villa Gabrielle. C’est le patron du mythique Café de Paris, situé place Morny, qui se cache derrière cet établissement réussi. Le cadre élégant et cosy rend hommage à Gabrielle Coco Chanel, qui a installé sa première boutique à Deauville en 1913. Le ravissant papier peint aux tons bleu roi et vert imprimé de plumes de paon, les fauteuils de velours des mêmes teintes (ou encore façon veste en tweed clin d’œil à Coco) ainsi que les tables en marbre blanc appels à la détente. Plusieurs espaces intimistes dont un salon privé permettent de s’isoler.

Le chef Martial Préaudot est passé par les cuisines de chez Lapérousse, Ducasse, du Ritz et du Doyen avant d’être le chef privé de chez Christian Dior durant 16 ans. Peut-être est-ce l’anticipation ? Étrangement, il nous a semblé que niveau cuisine, il pouvait mieux faire. Mais il doit être en rôdage ! Bonus ultime : la grande terrasse, ensoleillée toute la journée, donne sur les jardins de l’hôtel Normandy.

villa gabrielle deauville

© Villa Gabrielle

7 jours sur 7, de 11h à 2h du matin (avec une tardive dernière prise de commande, entre 23h et minuit).
85 rue Eugène Colas, 14800 Deauville.
Plus d’infos au 02.31.98.71.86 ou sur Lavillagabrielle-deauville.com.

Dans la même catégorie