Jacques Garcia, prince caché des palaces

« Tout grand architecte est aussi décorateur. »

Pourquoi les hôtels parisiens plaisent-ils toujours autant ?
Paris est une ville d’histoire qui peut-être racontée à travers un palace. Mais ça pourrait aussi être contemporain, ce n’est pas le problème. C’est une ville qui a une manière de faire autrement. Les décorateurs parisiens du XX° siècle ont influencé d’autres grandes villes comme New York et Los Angeles —je pense notamment à Jean-Michel Franck en 1940, à Jean-Charles Moreux en 1950. Les hôtels comme le Shangri-La ou le Peninsula ont leur place sur le marché français, mais ils ne s’inscrivent pas dans le parisianisme.
 

Suite La Réserve Paris

© Jean Picon

C’est toujours vous qui donnez le ton dans la réalisation de vos hôtels ?
Non, pas toujours. Mais pour La Réserve, j’ai dit ce que je voulais faire, c’était une volonté personnelle et mon client suivi. Pour la Mamounia, aussi, ça a été le cas. J’ai connu cet hôtel quand j’avais 18 ans, avec les transformations horribles qu’il avait subies dans les années 1980… Ensuite, c’était devenu une horreur, clinquante et atroce. Quand on m’a demandé de la refaire, j’ai dit que je voulais bien, mais à condition que l’on y retrouve l’essence même du voyage et l’élégance de l’orient.

Vous avez dessiné des meubles, fait appel à des galeries ?
Ici, ça a été une expérience extraordinaire : l’artisanat ! Les Français respectent ce qui les a fabriqués. Nous avons un savoir-faire qui s’exporte partout dans le monde. Les staffeurs, les menuisiers, les doreurs, les peintres décorateurs… Nous sommes le pays unique de ces gens là. C’est un artisanat extrêmement performant qui arrive à donner un aspect ancien à un endroit neuf. Il ne faut pas oublier tous les éditeurs de tissu : Frey, Tassinari, Prelle… Ces maisons qui sont l’essence même de notre savoir-faire.

Qu’est ce qui vous caractérise ?
Je pense que c’est d’abord l’architecture, que je sais mieux que d’autres « ré-architecturer » les espaces dans leur décor. Les plus grands architectes étaient décorateurs. Mansart a fait les décors à Versailles, pas seulement l’architecture ; Ledoux élabore les décors dans tous les hôtels particuliers dont il a signé l’architecture. Je suis un amateur d’art. Ma passion, c’est la collection et j’essaye toujours de donner l’impression qu’il y a des œuvres d’art dans les lieux que je fais. Comme ici, les sièges que l’on retrouve, les colonnes qui donnent l’impression d’être là depuis des années… Et puis tout simplement les livres anciens, certainement mon côté bibliophile.

De quelle décoratrice admirez-vous le travail ?
Demandez quelle décoratrice m’admire, et je dirai que c’est elle !

1 2

Dans la même catégorie