Sortir à Paris : nos bons plans format grand luxe

Dans son « Clan des Initiés », lui.fr est heureux de partager quelques très bons plans… Très haut de gamme. Pour amoureux du raffinement.

Temple Noble Art
Dans une fabrique du XVIII° siècle entièrement restaurée, un établissement singulier a élu domicile à Paris. Lieu discret, en fond de cour de la rue Molière (1° arrondissement de Paris), Temple Noble Art assume avec radicalité son identité de club de boxe. Ici, pas de vieux trophées ou d’images d’Epinal de Cerdan, juste un endroit pertinemment contemporain où tradition et modernité se conjuguent.

Uppercut pour cols blancs.

Sur 320 mètres carrés, novices comme experts s’entraînent pour améliorer leurs « crochets » temporels et intellectuels. Rapidité, agilité et puissance sont de mises à l’Arsenal ; sur les sacs de frappe ou poire de vitesse, les gestes s’enchaînent pour renforcer la condition physique musculaire ; sur le ring, on pratique la boxe avec opposition, munis de protections adaptées (gants, casque, protège dents)… évitons de sortir du club salement amoché. Après l’exercice, il est possible de siroter un « drink » accoudé au bar, ou dans le salon cosy avec les adversaires du jour, le tout dans un climat serein et sonore soigneusement choisi. Au sous-sol, dans les vestiaires, chaque casier porte le nom d’un boxeur célèbre. Un clin d’œil bienveillant aux grands d’antan : Oscar De La Hoya, Sugar Ray Robinson, Amir Khan… Le Bay Rum hante l’air ambiant et rappelle l’effluve de la lotion caribéenne que les boxeurs américains des années 1960 s’appliquaient sur le corps avant et après le combat. Une époque où il fallait percer la fumée de cigarette pour distinguer la silhouette des boxeurs. Aujourd’hui, c’est dans une déco viril et léchée que le White collar boxing, littéralement « la boxe en col blanc », a pris place.
 

Temple Noble Art Paris

© Nicolas Rea

Une histoire d’hommes, pas n’importe lesquels. « Le white collar boxing renoue avec l’esprit du Noble Art, termes qui désignent la boxe depuis que le marquis de Queenseberry a défini les règles de la boxe en 1865, mettant l’accent sur l’adresse plutôt que sur la force. La boxe devient alors un sport intelligent qui requiert le coup d’œil, un sens de la stratégie et même de l’élégance », explique Cyril Durand, Directeur du lieu. « Personnellement, j’ai découvert les white collar boxing gyms à l’occasion d’un séjour à New York. Je m´étais inscrit au Trinity Boxing Gym dans le Financial District. J’ai été surpris en entrant dans les vestiaires de voir de nombreux costumes suspendus. On était loin des clubs que j’avais pu fréquenter à Paris. » Le Temple Noble Art réunit deux catégories de Membres : des chefs d’entreprise, banquiers, consultants et avocats, mais aussi des profils plus créatifs comme les architectes, directeurs artistiques, journalistes et comédiens qui s’acquittent de 1 500 €/an pour jouer les garçons-boxeurs. Les niveaux sportifs et pugilistiques des Membres sont très variés. Chacun peut s’y épanouir en fonction de ses objectifs.

Le plaisir et le dépassement de soi règnent avec honneur dans une ambiance collégiale. Pour l’instant, les abonnés ne sont que quelques dizaines, mais l’objectif est d’atteindre les 500 Membres en 2015.

Les cours (de boxe anglaise, française, thaïe ou de self-défense) se font par petits groupes, huit maxi.
Temple | Noble Art – 11 rue Molière 75001 Paris – t/01 49 27 03 11 – Toutes les infos ici.

1 2 3 4

Dans la même catégorie