Better call Saul : suite, spin-off ou Prequel ?

Le téléspectateur français qui aura découvert le final de Breaking Bad il y a quelques semaines sur Arte n’aura pas longtemps à attendre pour retrouver Albuquerque ! Better Call Saul vient de débuter outre-Atlantique et les épisodes sont visibles dès le lendemain chez nous via Netflix.

Comment se positionne cette série par rapport à son illustre aînée ? Peut-on parler d’une suite, d’un spin-off ou d’un Prequel ? ! Contre toute attente, il s’agit finalement d’un saupoudrage des trois !

La Suite
Ne tournons pas autour du pot, Better Call Saul n’est pas une suite de Breaking Bad à proprement parler : ni Walter White, l’un des personnages les plus emblématiques sur le format sériel ces dernières années, ni Jesse Pinkman, son partenaire si contrasté, n’auront de rôle significatif au sein des aventures de Saul Goodman.

Et pourtant, sans rien dévoiler ici, les premières séquences du pilote de Better Call Saul se situent dans la continuité du final de Breaking Bad. Dans un entretien accordé à Entertainment Weekly, Vince Gilligan (Créateur et Showrunner des deux séries) reconnaît que le projet autour de Saul était dans toutes les têtes de sa writers room lorsqu’ils écrivaient la fin des aventures de White & Pinkman.

Régulièrement, l’interprète de l’avocat se voyait répondre “Garde ça pour le spin-off” à ses impros, avant même que le projet Better Call Saul soit sérieusement envisagé.

La réception de Breaking Bad, justement, n’aura pas été un long fleuve tranquille tout au long de ses 5 saisons. La série n’a pas brillé par de fortes audiences lors de ses débuts. Mais lorsque Netflix a commencé à la proposer à ses abonnés, le public de la série s’est trouvé renforcé par de nouveaux téléspectateurs qui avaient rattrapé la diffusion grâce au service de SVOD. À partir de la saison 3, AMC (la chaîne qui diffuse la série) a constaté un accroissement des audiences qui culmineront avec la dernière saison. Ce phénomène est encore très inhabituel. La grande majorité des séries, quelle que soit leur importance, connaissent une érosion de leur public.

“La conception initiale de Breaking Bad était qu’il s’agissait d’un projet fini. […] Notre personnage est un homme bon qui devient mauvais.” (Vince Gilligan dans EW)
 

Better Caul Saul, acteur et réalisateur

Bob Odenkirk, Peter Gould et Vince Gilligan © Jacob Lewis / AMC

Avec la fin programmée de la série marquée par ce succès grandissant, les intérêts ont convergé pour donner rapidement une suite à Breaking Bad. La possibilité de faire émerger un personnage secondaire s’est donc concrétisée naturellement.
 
Le Spin-off
Une série dérivée (« spin-off ») n’est pas toujours bien perçue. Elle naît d’une série à succès et parvient difficilement à en garder la substance. En conservant un ou plusieurs personnages de son grand frère (voire simplement son univers), le spin-off, parce qu’édulcoré est le plus souvent voué à rester dans l’ombre. Des personnages comme Joey de Friends ou Angel de Buffy —lesquels étaient pourtant des personnages principaux— n’auront pas rencontré le succès escompté dans leurs spin-offs respectifs.
 

 
Il y a pourtant des exceptions notables comme Frasier, The Practice ou même The Simpsons, dans un épisode mémorable de la saison 8… Preuve qu’il est possible de créer une dynamique intéressante à partir d’un matériau existant.

1 2

Dans la même catégorie