Si on appelle, je ne suis pas là

Cette fois pour Lui, c’est la rentrée.

Conférence de presse ce 3 septembre, (qui sera live-tweetée sur notre compte ici), sortie du magazine le 5… On a de l’énergie à revendre et, pourtant, on en accepterait bien un petit extra. Tant mieux, le web en regorge.

Ainsi, notre œil et surtout nos oreilles reviennent-ils ce matin, immuablement, sur le site du Wall Street Journal et son interview inédite des membres survivants des Clash sur rien de moins que la création de « London Calling ». (La chanson. On met les titres d’album en italique et ceux de chanson entre guillemets, on le sait une fois, on ne l’oublie pas). Tout pourrait être dit sur cette étrange rencontre entre les Punks-en-Chef et la Bible de la finance, aussi nous n’en dirons rien, sauf que c’est à l’occasion de la sortie ce 10 septembre de Sound System, un coffret de 12 CD chez Sony que le Wall Street Journal publie cette interview.
 

 
« À l’origine London Calling n’était pas une chanson politique, confie Mick Jones. C’était une chanson sur notre peur de l’inondation. En 1979, nous avions vu un titre en « Une » du London Evening Standard, s’alarmant de la montée eaux en Mer du Nord. D’après eux, cela aurait pu  refouler la Tamise et inonder la ville. Ça nous a fait peur. Pour nous, cette nouvelle illustrait une fois de plus  que notre époque défaisait tout ce qui avait été fait ». Paul Simonon confie à qui en aurait douté : « Je voulais que ma ligne de basse sonne comme une déclaration fracassante, genre : « Nous voila ! ». J’étais très influencé par Leroy Sibbles, le bassiste du groupe reggae les Heptones ».

Quant à Topper Headon, mieux vaut le laisser s’exprimer dans sa langue natale, à moins qu’un batteur-traducteur dans les commentaires parvienne à nous expliquer ce que signifie précisément :  « I played the intro straight, but when the band and Joe’s vocal came in, I played 16ths on the high-hat with my right hand for some shimmer« … On a bien une idée mais on s’en voudrait de déformer les propos d’un maître.

L’intégralité de l’interview (en anglais) est ici.

Et le coffret Sound System 8CD+DVD là

Dans la même catégorie