Au concours du père le plus défoncé

Les Maoris s’attaquent à la défonce au volant

La télévision autochtone de Nouvelle-Zélande, Maori Television vient de produire une étonnante campagne de sensibilisation routière, mille fois mieux que sa série « Bloody Legend » de 2011.

Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’alcool au volant mais du cannabis… Intitulé « Blazed », le film réalisé par Taika Cohen est jouée par 3 enfants Māoris. En attendant l’arrivé du papa de l’un de ces derniers, ils débattent d’une question des plus innocentes mais surtout… des plus existentielles : lequel des papas est le plus drôle au volant quand il est défoncé ?

Chacun se met donc à imiter son père de son côté et ça donne ça :

« Mec, mon papa a inventé la défonce », affirme le premier…
« Il est plutôt néophyte tu veux dire », répond le deuxième.
« Mon papa est le meilleur conducteur, même défoncé !
-Mon papa est le plus grand des défoncés !

Quand mon papa conduit défoncé, il est genre peace and love quoi… »

Puis la vidéo devient beaucoup plus marrante lorsque les deux gamins se mettent à citer les perles de leur père comme : « Chui dans quelle rue là ?« , « Eh, mais c’est pas ma voiture ça … ! », « Oh ! Regarde ce sale type, là… il me ressemble, pas vrai ? » ou encore le fameux, tête en rythme : « … putain… J’aime cette musique… »
Et la gamine se lance (Ndlr : rappelons que cannabis = appétit + paranoïa mais que Père / appétit + crise d’angoisse x esprit d’un enfant = on n’en sait rien, au fond. Sans doute quelque chose comme) :

« Vous avez tout faux les gars ! Mon père, il se défonce et au volant il fait Vroum ! Vroum ! Et puis les missiles qui le poursuivent, il les évite tous, et lui il essaye de tous les éviter, vraiment tous… Et puis mon père bouffe quelques burgers parce qu’il y avait tout un tas de burgers et puis ensuite plus loin un tas de personnes puis un tas de bananes ! Puis les singes sont arrivés et ont bouffé quelques bananes et puis mon père est rentré à la maison et il a bouffé du poisson et des frites… ! ».

De quoi faire méditer ses petits camarades…

Autant ne pas se le cacher : le slogan final est un des plus déjà vus qui soit… Il n’a en tout cas pas vocation à résoudre l’énigme posée par cette gamine et cette scène de vie banale de Nouvelle-Zélande et de bien ailleurs.

Dans la même catégorie