Je peins des chiens

« Mark Barone a été ému plus d’une fois dans sa vie, mais ses trois passions sont l’Art, la Musique et les Chiens », est-il écrit, lettres majuscules incluses à la rubrique « Biographie » du site Internet de cet artiste « né à Chicago dans une famille italienne ».

« Il peut dire, honnêtement », poursuit le texte, « que les moments les plus durs de son existence furent la disparition de ses deux compagnons Rudy et Santina. Cette dernière est décédée il y a trois ans, à l’âge de 21 ans. »

Mark Barone aime les chiens, donc, et lutte de toute son âme pour ce qu’il appelle la « No-Kill equation », la possibilité, d’après lui, de ne plus tuer aucun animal domestique dans les refuges souvent surchargés où sont recueillies les bêtes abandonnées. 5 500 chiens meurent chaque jour dans un refuge aux États-Unis. C’est pourquoi Mark Barone a décidé d’en peindre autant, « le premier Mémorial de ce genre au monde ».

Son but : recueillir à l’aide de ce projet 20 millions de dollars, pour les donner à des refuges qui ne pratiquent pas l’euthanasie canine (pas un mot sur les chats, non, ni les serpents, les furets ou les ouistitis). 3 500 héritiers du valeureux Rintintin et de la débrouillarde Lassie ont déjà été immortalisés par ses soins.

Vous pouvez, vous aussi, contribuer à « la donation la plus intelligente pour le salut des refuges d’animaux domestiques », sur son site, magistralement nommé : An Act of Dog, ici.

Dans la même catégorie