La nourriture du futur en vente libre à New York

Ce mois d’octobre, les participants au Festival de design de Philadelphie —Design Philly— ont eu la chance extrême de goûter la nourriture du futur… Les artistes Miriam Simun et Miriam Songster ont en effet inauguré leur camion de restauration « Ghost Food », soit « nourriture fantôme »… Une expérience sensorielle qui fait envie… Ou pas, d’ailleurs.

L’idée : comme d’habitude, vous commandez le plat de votre choix : une bonne morue grillée, un gâteau chocolat ou le meilleur des goûters américains, la fameuse tartine au beurre de cacahouète… jusqu’ici tout va bien, du moins pour des palais anglo-saxons. C’est après que ça se gâte, quand les artistes vous remettent un diffuseur d’odeur, qui projettera dans vos narines le fumet du plat demandé (image ci-dessus)… et un mélange d’algue et de tofu aromatisés au goût de votre pitance.
 
ghost food truck

(Image Galerie Aferro – Facebook)

 
Le journaliste de The Verge Adi Robertson est le premier critique gastronomique à avoir osé s’y essayer. Son verdict : « Combiner la texture, molle, et le parfum d’eau de mer dégagé par l’appareil [fixé sur le nez] a rendu l’expérience plus dégoûtante que délicieuse… « Ce n’est pas du poisson », ne cessait de me répéter une voix dans ma tête (…) à côté de moi, quelqu’un décrivait le chocolat comme « correct, mais trop sucré »… Depuis, le Ghost Food truck s’est déplacé à New York pour le festival des Marfa Dialogues, un « symposium public au croisement des arts, de la science et de la culture ».

Une expérience peu enviable… Qui reste pourtant toujours plus attirante que le cocktail « Lickable Skin », imaginé par Bart Hess, un artiste hollandais pour le bar du Musée du sexe de New York, dont le goût est censé rappeler « le fait d’embrasser un homme fraîchement rasé qui vient de fumer une cigarette »… Non ?
 
LickableSkin
 
Ghost Food sur le site de Design Philly

Le « Lickable Skin » au bar Play du musée du sexe de Manhattan

Dans la même catégorie