« Devenir une femme? C’est très, très difficile ! »

Jusqu’au 24 octobre, la Nue Galerie à Pantin expose, pour la première fois, le travail d’Anouk Deville, jeune photographe qui s’exprime… par tous les moyens possibles. Photos, correspondance, textos, captures d’écran, tout ce qui peut servir à raconter une histoire, la sienne donc, est ici convoqué, rassemblé, et relate son parcours de vie. Son travail est emblématique d’une génération dont l’histoire se double de ses avatars numériques. Et qui grandit parfois trop rapidement, se heurtant très vite aux expériences intenses, fortes et troublantes. Face à un monde qui paraît en pleine déliquescence, et dont on se demande parfois s’il veut bien de nous. Son travail a touché Lui… Et nous avons voulu comprendre ce qui se passait dans la tête d’une jeune artiste qui a capturé la grandeur et la difficulté de se trouver, soi.

« J’ai utilisé a photo pour me construire. »

Comment concevez-vous votre travail ? En termes de séries, par exemple, comme quelque chose de très réfléchi ? Ou au contraire qui fait la part belle à l’instinct ?
Pas du tout en termes de séries, non. C’est purement instinctif, je réfléchis après, je ne réfléchis jamais pendant la prise de vue. Je ne construis pas à proprement parler mes images, je ressens le besoin de prendre la photo, quelque chose d’urgent… Et c’est après que je construis l’histoire… Je les rassemble pour qu’elles racontent ce que moi je voulais dire à ce moment-là. Ce qui implique après de faire un gros travail d’éditing, pour rendre tout ça intelligible.

Comment avez-vous commencé ce travail ?
J’ai utilisé la photo pour me construire, j’ai commencé à l’âge de 15 ans. C’était mon premier moyen d’expression sérieux : avant cela j’écrivais, je peignais, mais la découverte de la photo, ça a tout de suite été une évidence… Donc, j’ai gardé ce moyen-là.

Quel appareil utilisez-vous ?
Je m’en suis toujours foutu, des appareils… Je n’ai aucun rapport affectif pour le moyen avec lequel je prends l’image, je n’ai jamais voulu d’appareil cher ou perfectionné. Reflex, téléphone, capture d’écran… Peu importe.

1 2

Dans la même catégorie