3 SOUVENIRS DE DANIEL ANGELI, « ROI DES PAPARAZZIS »

Il est l’un des plus grands photographes de stars. Lui.fr est allé à la rencontre de celui que l’on surnomme « Le roi des paparazzis ». 

Lui.fr : Comment êtes-vous tombé dans le métier de paparazzi ?

Daniel Angeli : Je n’étais pas très bon élève à l’école, mon père m’a alors fait rentrer chez Jour de France puis j’ai intégré l’agence Dalmas. Je n’avais pas prévu cette carrière, c’est une histoire de destin.

Lui.fr : On ressent une grande liberté dans vos clichés et dans cette époque, la regrettez-vous ?

D.A : Le métier a beaucoup changé ces dernières années surtout avec le net, la presse papier souffre aujourd’hui. Les stars sont de plus en plus protégées et entourées, le climat est différent. Je regrette bien sûr mon époque fabuleuse, mais je suis heureux de l’avoir vécu et de transmettre par mes clichés le souvenir de ces années!

Lui.fr : Racontez-nous votre meilleur coup.

D.A : Mon meilleur coup est Agnelli dans la baie de Villefranche. En 1978, je shoot le milliardaire italien patron de Fiat avec un Nikon 500, il est nu et saute à la mer de l’avant de son bateau. C’est la photo à laquelle on associé mon nom, où que ce soit.

Giovanni Agnelli, 1977, © Daniel Angeli.

Giovanni Agnelli, 1977, © Daniel Angeli.

Nous avons demandé à Daniel Angeli de raconter ces trois clichés…

© Daniel Angeli.

© Daniel Angeli.

Yoko et Lennon. FIF Cannes 1971, cette photo a été prise rue d’Antibes. J’avais sympathisé avec lui et tous les soirs je l’emmenais regarder des films porno avec Yoko durant lesquels je m’endormais, et il me réveillait à chaque scène qu’il jugeait nécessaire ..

© Daniel Angeli.

© Daniel Angeli.

Brigitte Bardot, à Saint Tropez en 1975, un jour de marché, chacune de ses ballades dans les rues ameute les foules!

© Daniel Angeli.

© Daniel Angeli.

Jagger. C’était le jour de son mariage, j’ai réussi à m’infiltrer, ni vu, ni connu dans une salle au dessus du café des arts au cœur de la fête.

 

 

« Daniel ANGELI, 40 ans de SCOOPS » Du 7 juillet au 3 septembre 2017, galerie Joseph, Paris. Plus d’information, ici

« Vies Privées », aux éditions Gründ, 224 p., en vente ici

Dans la même catégorie